L'arbre à clous d’Herchies, entre croyances et mystère (Jurbise)

Combien de clous plantés dans l’écorce du chêne d’Herchies ? Parfois à plus de 2 mètres de hauteur, ils symbolisent une croyance qui se perpétue dans le village. La tradition des arbres guérisseurs remonte à la nuit des temps et, de nos jours encore, certaines populations primitives du globe leur vouent un culte sans faille. On invoque les forces de la nature en y plantant dans son écorce un clou et un tissu frotté sur la partie atteinte par le malade. L'objet transfère ainsi les souffrances au bois sain pour aider à la guérison des femmes, hommes et enfants. Notre vieux chêne serait-il doté de pouvoir bénéfique ? Difficile de l’affirmer mais les passages réguliers de la population fait vivre son mystère au point de sacraliser les lieux.



L'endroit est dominé par le calme et la sérénité. Situé en retrait du village, au bord d’un champs, notre chêne se dresse humblement au milieu des vents et des chants d’oiseaux. Sa vue est touchante, le temps semble s’arrêter. On ne peut s’empêcher de penser, en voyant les milliers de clous et les étoffes, aux personnes venues invoquer son pouvoir. Ici on oublie tout le reste, la présence du vieil arbre nous envoûte, et nous apaise. Les fleurs à son pied, les bougies allumées sont autant de messages et de prières a son attention. On l’invoque, on le remercie avec simplicité, toujours avec un énorme respect. Il est comme un ami qui ne vous juge jamais.

La population du village aime son chêne, elle y est très attachée. On n’en parle pas, c’est comme un jardin secret qui est là, un patrimoine attachant chargé de pudeur. Chacun vit sa relation à l’arbre comme il le souhaite, parfois juste pour faire vivre l’endroit en venant s’y promener. Son histoire a pourtant failli s’arrêter. En 1954, un vieux chêne était déjà planté à cet endroit, malade il mourut laissant dans l’émoi la population. On décida de replanter un jeune chêne pour perpétuer la tradition. 60 ans plus tard, l’arbre a poussé sans perdre son pouvoir guérisseur, sans doute porté par la magie du lieu. Il a été classé par la Région Wallonne en 1985. La Belgique d'aujourd'hui compte encore quelques arbres guérisseurs, mais leur nombre baisse car on ne les remplace plus. Si vous en croisez un, réfléchissez-y, les arbres se respectent, ils nous enracinent dans la vie. Bon à savoir : le chêne à clous se situe rue des Chats à Herchies.







12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout