DOEL, LE VILLAGE ABANDONNÉ BELGE DEVENU UNE GALERIE STREET ART À CIEL OUVERT

Le village de Doel a fortement subi les mutations de l’industrialisation. Presque complètement vidé de ses habitants, il vit désormais au rythme des urbexeurs qui viennent visiter ses maisons abandonnées et immortaliser les graffs qui colorent ses murs.


À la fin des années 1990, ce petit village belge a troqué ses habitants contre une extension des docks d’Anvers et une belle centrale nucléaire. Doel intègre alors la 2ème plus grande zone portuaire d’Europe alors que se désagrège son cœur de village. Ses 900 habitants n’ont pas pesé bien lourd face aux géants de ferraille.


Au fil des mois, ils ont quitté leurs demeures et vidé les rues jusqu’à ce que Doel deviennent le « parfait » exemple du village fantôme. La plupart des maisons sont depuis en « libre » accès. Beaucoup ont été malmenées par des visiteurs mal intentionnés mais il reste encore quelques belles maisons à explorer.


Sur fond de briques rouges, se détachent une collection de graffs qui donne le vertige. Dans les années 2000, les rares résistants ont pensé sauvé leur village en ouvrant leurs murs à des street artistes de renom. Steve Locatelli, ROA, Pso Man,… ont répondu à l’appel et ont ravivé avec leur art les façades des maisons à l’abandon. Rapidement rejoints par des œuvres d’autres artistes renommés ou d’anonymes.


Une belle manière de redonner un peu de vie à ces rues délabrées. Aujourd’hui, il reste à Doel une poignée d’irréductibles qui regardent les urbexeurs confirmés ou amateurs visiter leur bled dépeuplé. Une façon de faire perdurer la mémoire de ce village, au moins en images.





45 vues1 commentaire

Posts récents

Voir tout